le coup du matin ! poissons nageurs

Le coup du matin ! poisson nageur

En début d’automne les carnassiers conservent des habitudes estivales tant que les jours sont longs.

La température de l’eau reste clémente à toutes les profondeurs, mais commence à se rafraîchir par la surface. Tant qu’elle reste au-dessus des 15° environ, on est assuré de trouver des poissons actifs sur les bordures peu profondes à un moment ou l’autre de la journée.

Au lever du jour

Et c’est au lever du jour que les chances sont les meilleures, car les carnassiers savent qu’à cette époque le fretin monte en surface la nuit pour se nourrir de plancton.
Ils se postent donc sur des zones peu profondes et bien fréquentées. Sandres et brochets qui le reste de la journée sont tatillons et difficiles à prendre peuvent, au lever du jour, perdre toute méfiance et se montrer très agressifs, attaquant des leurres rapides et bruyants, notamment des poissons nageurs qui permettent de pêcher vite et bien.

Le choix du modèle est parfois important.

poissons nageurs
Poisson nageur

Commencer par un lipless crankbait bien bruyant, puis en cas d’échec descendre d’un ton avec un crankbait à bavette classique peu plongeant (1m à 1,50m), pour finir par un jerkbait, avec ou sans billes bruiteuses, animé par secousses sèches ou ramené régulièrement en linéaire.

Mais quels que soient le type de poisson nageur et d’animation employés, la récupération doit rester rapide si vous voulez prospecter suffisamment de postes. Le nombre de coups de lignes et donc la surface couverte importent plus que la qualité de la présentation.

Il sera toujours temps en cours de journée, quand les poissons seront calmés, de passer à des traques plus subtiles.

À l’aube la visibilité est faible, même en eau claire. Il faut faciliter la détection du leurre par les carnassiers en misant sur les modèles à billes et de couleurs agressives (fire tiger, rouge et blanc, etc.). En cas d’échec, tester des coloris plus subtils.

Partagez :

Laisser un commentaire