Pêche au coup en étang

Pêche au coup en etang

La pêche au coup en étang est l’une des plus pratiquée en France. En effet nous avons la chance de posséder d’innombrables plans d’eau nous permettant de nous adonner à notre passion. Les poissons blancs y sont très bien représentés et il est possible de réaliser de très belles bourriches. Pour bien débuter la pêche au coup en étang, certaines règles de base sont à respecter.

Bien s’installer pour pêcher au coup

Le choix du poste : Dans la mesure du possible, il vaut mieux privilégier les endroits dégagés en bordure et où la berge est aussi plane que possible. L’installation sera plus aisée et le placement des accessoires également. Pour débuter, l’idéal est de se fier aux habitudes des locaux. On repère sans trop de difficulté les postes très fréquentés, c’est ceux qu’il faut prospecter en priorité.

Le siège : Panier-siège ou station, il faut prendre son temps pour bien installer son siège. C’est la seule manière de pêcher confortablement durant plusieurs heures en étang et de ne prendre aucun risque pour son matériel. Matériel qui pourrait être endommagé par une éventuelle chute ou une mauvaise manipulation,

Desserte à esches et amorce : Ce plateau qui se fixe bien souvent directement au siège est très pratique, il permet de garder toujours à portée de main esches et amorce, mais aussi une multitude d’accessoires tels que dégorgeoir, pince, ciseaux etc.

Le rouleau à déboiter : Cet accessoire est indispensable pour protéger la canne et rendre sa manipulation beaucoup plus rapide et sûre. Il doit être idéalement placé afin que la grande canne à emmanchements ne soit jamais en porte à faux et toujours à portée de main. Une distance de 2/3 de sa longueur jusqu’au rouleau et 1/3 qui en dépassent sont une bonne moyenne.

Le rouleau à déboiter
Le rouleau à déboiter

Le choix des lignes pour la pêche au coup en étang

Choisir son flotteur ?
Choisir son flotteur ?

Lorsqu’on pêche au coup en étang, les cibles principales sont les gardons de toute taille auxquels peuvent se mêler quelques brèmes ou autres poissons bonus telles que tanches ou carassins. En tous les cas, il s’agit d’espèces relativement méfiantes qu’il convient d’aborder avec des montages fins et sensibles. Ces données sont néanmoins à nuancer. Il ne s’agit pas de pêcher trop fin ou trop sensible, au risque de casser son montage ou de ne jamais apercevoir son flotteur lorsque la luminosité n’est pas bonne.

Le nylon : Je conseille aux débutants d’observer un minimum de 10/100ème pour la confection du corps de ligne. C’est un excellent compromis. Aucun risque que le fil ne soit endommagé s’il se prend malencontreusement dans la végétation et le pêcheur garde toutes ses chances de mettre au sec un beau poisson si l’occasion se présente,

Le flotteur : Les plus sensibles sont ceux de forme très effilée, et à contrario les plus trapus sont les plus stables. Je vous suggère un compromis entre les deux afin de pouvoir pêcher en toutes conditions. La forme ogive, ou goutte d’eau est de loin la plus polyvalente. Surmontée d’une antenne plastifiée, ce type de flotteur restera visible quelle que soient les conditions de luminosité,

Un hameçon fin de fer sera le complément idéal pour finir d’élaborer le piège. D’une taille comprise entre 20 et 16, il permet d’escher les appâts les plus délicats sans les endommager et de décrocher précautionneusement les prises les plus délicates.

Le choix de l’élastique intérieur

L’utilisation d’un élastique intérieur est obligatoire pour aborder sereinement la pêche au coup en étang à l’aide d’une canne à emmanchements. Il permet de pêcher avec les montages fins cités précédemment et de mettre au sec une grande variété d’espèces et de taille de poissons. Encore une fois, ce qu’il faut trouver c’est le compromis idéal entre un élastique suffisamment souple pour s’expulser sous l’impulsion d’une prise modeste et un élastique qui ne s’étendra pas démesurément si la prise est plus importante. L’idéal est de loger l’élastique sur deux éléments de canne (scion et porte-scion) pour ménager une bonne réserve de latex et obtenir de la souplesse. Un diamètre de 0.8 mm est réellement passe-partout.

Bien sonder

Sonde coup
Sonde coup

La prise de fond est une étape importante souvent négligée par les débutants. Pourtant il est primordial d’avoir une vision globale de la profondeur de son coup et la présence d’éventuels obstacles gênants. Il convient d’y consacrer de longues minutes afin de trouver le fond le plus plat possible pour déposer son amorce. Les sondes pyramidales sont celles qui donnent le maximum de précision. Il vaut mieux employer une sonde assez lourde pour se faire une idée précise (entre 15 et 20gr). Je commence toujours par sonder en bordure et déplace ensuite ma sonde progressivement vers le large afin de me faire une idée du dénivelé et du moment où le fond se stabilise.

Amorçage discret

Le maïsIl n’est pas nécessaire de déposer des monceaux d’amorce pour attirer les poissons. Il vaut mieux démarrer prudemment et voir comment évolue le coup. D’autant qu’en étang, en l’absence de courant donc, l’amorce stagne rapidement et ses effets disparaissent. Si vous n’êtes pas à l’aise avec l’amorçage à la main, je ne saurais que trop vous conseiller de recourir à la l’amorçage à la coupelle. Elle vous donnera une précision inégalable et vous permettra de gérer les quantités au mieux. Attention, le kit équipé de la coupelle devra être strictement de même longueur que ceux équipé de vos lignes.

Liste de matériel recommandé pour débuter

  • 1 canne à emmanchements d’une longueur comprise entre 8 et 11,50m,
  • 1 kit coupelle téléréglable dans l’idéal,
  • 1 siège et 1 desserte,
  • 1 rouleau à déboîter stable,
  • Plusieurs lignes équipées de flotteurs sensibles et de portance différentes,
  • Des bas de ligne de rechange,
  • 1 manche d’épuisette de 4 mètres minimum,
  • 1 bourriche de 2,50 à 3 mètres.
Partagez :

Laisser un commentaire